Fiers d’être de ce pays que vous avez tant aimé, nous nous sentons cependant attristés de ses ingratitudes et de ses fautes, et nous vous en faisons amende honorable.

Daignez pardonner à notre patrie ses erreurs en souvenir de son passé, en prévision de son avenir.

O Jésus, souvenez vous que vous avez nommé un de ses rois le « fils aîné de votre Sacré Cœur. »

Souvenez vous aussi que ce sont les plis de nos Etendards que votre Cœur a voulu choisir pour lui.

Souvenez vous que la France pénitente et dévouée vous a construit Montmartre.

Souvenez vous que si comme Sainte Madeleine, elle a beaucoup pêché, comme elle, elle a beaucoup aimé, beaucoup souffert.

Souvenez vous enfin, devant ses pêchés, que son cœur est meilleur que ses paroles et, parce que vous la trouverez toujours ardente à semer votre évangile et prête à semer votre Evangile et prête à s’en aller mourir pour vous Cœur Sacré de Jésus, après avoir été son espoir, soyez vraiment le salut de la France.

Amen