Comme un ange des Cieux
tu guéris ma souffrance.
Écoute dans la nuit
la France qui gémit

 

Rappelle-toi
Rappelle-toi tes brillantes victoires,
Les jours bénis de Reims et d'Orléans ;
Rappelle-toi que tu couvris de gloire,
Au nom de Dieu, le royaume des Francs.


Maintenant, loin de toi,
j e souffre et j e soupire
Viens encore me sauver,
Jeanne, douce martyre,
Daigne briser mes fers
des maux que j'ai soufferts
Oh ! Souviens-toi !

 

 

Je viens à toi, les bras chargés de chaînes,
Le front voilé, les yeux baignés de pleurs
Je ne suis plus grande parmi les reines
Et mes enfants m'abreuvent de douleurs
Dieu n'est plus rien pour eux,
Ils délaissent leur Mère


O Jeanne
prend pitié de ma tristesse amère !
Reviens "fille au grand cour "
Ange libérateur,
j'espère en toi !

 

Amen